Le mythe Wonder Woman

Don't forget you are a wonder woman
Deviantart.com – Procastinating – Wonderwoman Poster

Ce qu’il y de beau avec la mythologie, c’est sa vraisemblance malgré son côté complètement irréaliste. Les femmes n’ayant pas beaucoup de super héroïnes auxquelles s’identifier, les femmes qui font carrière sont assimilées à Wonder Woman.

Contrairement à ces messieurs spécialisés, qui en tissage de toile d’araignée, qui en pilote de chauve-souris, Wonder Woman sait tout faire. Grâce à ses bracelets à l’épreuve des balles et son lasso magique, elle peut avoir à la fois une belle carrière, être une amante infatigable et un mère de famille dévouée.

Dans la vraie vie, on nous rabâche le mythe Wonder Woman quotidiennement. On peut et on doit tout avoir. Au risque d’en oublier la question essentielle: les femmes en ont-elles vraiment envie?

Le mythe Wonder Woman
Le mythe Wonder Woman

Lors de conférences où de brillantes femmes racontent comment elles ont fait, il m’est arrivé plusieurs fois d’entendre des phrases du genre « moi je n’ai aucun complexe à partir à 19h pour aller chercher mes enfants, et quand ils sont couchés, je me reconnecte pour finir mon travail » Stop!

Rembobinons le déroulement d’une journée normale d’un parent d’enfant scolarisé: l’école commence entre 8h30 et 9h. Grâce à un minimum d’organisation, les deux parents ont partagé la journée, un s’occupe du matin, l’autre du soir. Je suis donc au bureau à 8h. L’école finit vers 16h30 mais là c’est vraiment trop tôt, choupinou ira à la garderie jusqu’à … 18h30! Le temps d’y aller, je suis partie avant 18h. Ce qui me fait une belle journée de 10 heures, soit au moins 45 heures de travail par semaine si on décompte les pauses déjeuner.

Bien sûr, comme je culpabilise beaucoup de partir si tôt du travail, j’ai mis un point d’honneur à être plus efficace que mes petits collègues (ceux qui arrivent 2h après moi le matin et partent 30 minutes après le soir) en bouclant tous mes dossiers avant de partir.

Or donc, me voilà partie récupérer choupinou à l’école à 18h30, lui donner une douche, lui préparer et lui donner à manger. Vient ensuite l’histoire et le coucher tant bien que mal vers 20h.

Après tout ça, je ne sais pas vous, mais moi j’ai envie de débrancher mon cerveau jusqu’au lendemain, histoire d’être fraîche et productive pour une nouvelle journée de travail, plutôt que de rallumer mon pc pour travailler sur les dossiers que Mr BigBoss m’a demandés. Mr BigBoss sait reconnaître le meilleur rapport qualité/prix en embauchant des femmes Click To Tweet

Mais comme Wonder Woman est une super-héroïne, évidemment elle termine le dossier de Mr BigBoss jusqu’à minuit avant de ranger et nettoyer son appartement, au cas où un magazine de mode vienne prendre des photos inopinément et va ensuite s’occuper comme il se doit de son mari.

Wonder Woman se lève le lendemain à 6h pour dépiler ses mails, faire le café et arriver fraîche et dispo sauver son entreprise.

Ça ne vous fait pas rêver? Moi non plus.

Personnellement, je ne me reconnecte que très rarement le soir pour travailler. Je suis totalement inefficace à partir de 17 heures et je n’ai jamais compris cette sombre histoire qui consiste à rester travailler tard pour faire plaisir au chef, ou se reconnecter le soir pour finir son travail. Je ne comprends pas en quoi cette organisation du travail génère de l’épanouissement des individus et de l’innovation pour la société.

N’est-il pas préférable de s’ouvrir l’esprit en faisant du sport, lisant des livres, racontant des histoires à ses enfants ou même en regardant la télé?

Nous nous nourrissons de tout ce que nous faisons et si nous ne vivons plus que pour le travail, nous tarissons la source de l’innovation.

Si nous ne vivons plus que pour le travail, nous tarissons la source de l'innovation. Click To Tweet

Sur cette réflexion profonde, j’éteins mon ordinateur pour aller dormir. Wonder Woman m’a épuisée.

Et vous, vous reconnaissez-vous en Wonder Woman ou aimeriez-vous aussi pouvoir débrancher de temps en temps?

 

 

Leave a Comment